Blog

Le 4ème baromètre Peoplexpert des offres d’emploi

Ce n’est une surprise pour personne, face à la situation actuelle le nombre d’offres d’emploi proposées par les principaux sites a connu une importante baisse par rapport à début mars, de près de 20%.

A une exception près, les sites spécialisés montrent une cohérence entre eux. Le mastodonte Pôle Emploi enregistre ainsi une baisse de -19,77% des offres qu’il propose. Son acolyte en terme de quantité d’offres, Indeed, connaît la même chute avec -20,27%. Seul le comportement de Regionsjob est étonnant puisqu’il propose de son côté +8,07% d’offres, passant de 99 737 à 107789, sans que nous ne puissions pour autant expliquer ce paradoxe (peut-être un bug ?).

Au vu du confinement, de l’arrêt et/ou du ralentissement des activités professionnelles et des mises en chômage partiel, la baisse du nombre d’offres d’emploi semblait inévitable. Elle est confirmée. Le recrutement étant un indicateur fort, c’est bien toute l’économie française qui semble directement touchée. A l’heure où nous sommes tous confinés chez nous il est difficile d’imaginer une modification à court terme de cette tendance forte. Il faudra sûrement être très patient pour voir la dynamique s’inverser.

nboffres2nboffres1

Le coronavirus aura des «conséquences importantes» pour l’industrie du recrutement.

De nombreux employeurs suspendent leurs plans d’embauche. Ceux qui recrutent pour le secteur du tourisme  seront peut-être les plus durement touchés à court terme. TUI, Virgin Atlantic et EasyJet ont tous annoncé des gels de recrutement en raison de fortes réductions des réservations et de nombreux acteurs mettent leurs employés en congés partiel dans le but d’atténuer un ralentissement financier causé par COVID-19.

Selon les données de certains experts (WaveTrackR ) on remarque une baisse de 19% des candidatures en janvier par rapport à janvier 2019 et une réduction massive de 47% des candidatures en février par rapport à février 2019 (cf.prochain baromètre de Peoplexpert). Cela semble certainement indiquer que les demandeurs d’emploi sont de plus en plus réticents à s’engager dans le processus, peut-être en raison d’une combinaison du désir de rester dans la sécurité de leur emploi actuel en période d’incertitude et des préoccupations concernant la nature face à face du processus de recrutement.

L’industrie française connait aujourd’hui une crise inédite. Airbus, Saint-Gobain, Total, Vinci… plusieurs géants français ont prévenu qu’ils ne seraient pas en mesure de respecter leurs objectifs pour 2020 ou devraient réduire drastiquement leurs investissements en l’occurrence les recrutements.

Les entreprises françaises les plus affectées sont celles qui détiennent des sites en Chine, ou dont les chaînes de production dépendent. Ainsi, le groupe français spécialisé dans l’industrie électrique Schneider Electric indique que son usine de Wuhan, qui représente 15% de son activité, est toujours à l’arrêt, et prévoit d’enregistrer 300 millions d’euros de pertes sur son chiffre d’affaires du premier trimestre 2020. Le premier trimestre de Suez sera également fortement impacté. Le géant français de la gestion de l’eau et des déchets devrait perdre 30 à 40 millions d’euros sur son chiffre d’affaires du début d’année. Ce recul s’expliquerait par la mise à l’arrêt momentanée de six incinérateurs chinois gérés par la société française, qui représentent 7 à 8 % de son activité.

Les sites dont les débouchés sont intégrés dans des chaînes de production internationales prennent le risque de perdre à terme leurs marchés. La pérennité de nombreuses entreprises à rayonnement international et, surtout, de leur réseau de sous-traitance est donc en question. »

En parallèle, des dispositifs de soutien exceptionnels ont été actionnés par le gouvernement pour soulager la trésorerie des entreprises touchées. Chaque entreprise en difficulté sera donc  normalement accompagnée. Mais qu’en sera t-il pour les PME et TPE à la fin de la crise sanitaire ?

Au final, nous avons eu une très bonne année sur le front de l’emploi, mais peut être trop bonne pour perdurer, au vu du contexte : des entreprises qui peinent à recruter, mais pour autant, une productivité qui décélère, ainsi qu’une durée du travail et des salaires qui stagnent. Quoi qu’il arrive, même dans le meilleur scénario envisageable, le coronavirus aura forcément une incidence sur notre PIB, avec des effets sur  l’industrie, le tourisme, l’hôtellerie et les transports. Il y aura certainement un rebond, mais l’année 2020 restera inéluctablement marquée par le premier semestre.

Sources : france3-régions,capital, gregsavage.com,techniques-ingénieurs et peoplemanagegment.co.uk

 

Le 3ème baromètre Peoplexpert des offres d’emploi

Après une belle augmentation sur le mois de janvier du nombre d’offres d’emploi proposés sur les cinq gros sites majeurs du recrutement en France, on constate un mois de février plus stable avec une évolution de +0,93%.

En effet, le graphique, ci-dessous, parle de lui-même. Le site de Pôle emploi est le seul site à suivre une augmentation du nombre d’offres qu’il présente. Indeed, l’Apec et Cadremploi restent assez stables dans leurs offres. Après sa hausse de janvier, Regionjob reprend des valeurs similaires à celle de 2019. A noter que même sur Pôle emploi, les nombres de poste de cadres proposés sont stabilisés avec un taux d’évolution de  -1,50% par rapport à début février. La hausse porte donc sur le cumul des offres des postes de type « non renseigné » et « non cadre » avec +15,33% par rapport au mois dernier.

Ces données semblent montrer que le nombre d’offres proposées aux cadres est assez stable sur les quatre derniers mois à l’exception de la fin d’année 2019. Elles laissent aussi supposer que la demande pourrait s’intensifier légèrement pour les profils non cadres mais cela doit être pris avec précaution. Si la hausse est visible sur Pôle emploi elle n’est pas observable sur Indeed.

Mars GraphMars Tab

Et si vous faisiez certifier votre CV grâce à l’Assurance retraite ?

L’Assurance retraite veut booster son service de « CV certifié », lancé fin 2018. Le but étant de sensibiliser les plus jeunes sur leur carrière.

 

Tricher sur votre CV ne vous ressemble pas ? Eh bien le service en ligne permettant de « certifier » son « parcours professionnel » fait partie des priorités de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav), comme l’a affirmé ce jeudi 6 février son directeur, Renaud Villard, défendant cette solution contre les « CV bidonnés ». Lancé à bas bruit fin 2018, ce service gratuit est le premier des « jalons majeurs » de l’année 2020 évoqués par Renaud Villard lors d’une conférence de presse.

Le fonctionnement est simple : à partir des données dont dispose la Cnav sur sa carrière (nom de l’employeur et période correspondante), chaque assuré sélectionne les informations qu’il souhaite faire « certifier ». Ce qui génère automatiquement un lien internet ou un code QR renvoyant vers le site de l’Assurance retraite, qu’il suffit de copier sur son CV.

Un gage de sérieux, quand « deux tiers des CV sont bidonnés », selon le directeur de la Cnav, et que « cela coûte extrêmement cher aux entreprises de vérifier » leur contenu. Encore confidentiel – quelques dizaines de milliers d’utilisations -, ce service a pour objectif de « conquérir le jeune public en le sensibilisant sur sa carrière », ajoute l’Assurance retraite dans un communiqué.

Le 2ème baromètre Peoplexpert des offres d’emploi

Bonne nouvelle, après l’exception du mois de décembre, probablement due à la période de fin d’année, le nombre d’offres d’emploi en France reprend une dynamique positive.

Pour rappel, nous objectif est de communiquer un indicateur macroscopique mensuel de l’évolution du nombre d’offres d’emploi sur notre territoire d’après cinq « gros » sites majeurs du recrutement qui sont : Pôle Emploi, Indeed, Régionsjob, l’Apec et Cadremploi.

Graphique fevbarre blanche

A noter que les tendances sont toujours dans le même sens quelque soit le site, avec des croissances plus ou moins importantes.  On remarque ainsi que le taux d’évolution entre début janvier et début février 2020 est de +17,67% et que si l’on retire de l’équation Regionsjob qui fait un bon de +52,16%, on atteint tout de même une excellente augmentation de +14,91%. De même, entre début novembre et début février, on observe un accroissement du nombre d’offres d’emploi sur ces sites de +6,47%.

tab fev totaltab fev evol

S’il est vrai que la fin d’année nous avait fait craindre un début de baisse du nombre d’offres d’emploi, ces nouvelles données montrent que la croissance semble continuer.

Le 1er baromètre Peoplexpert des offres d’emploi

A l’image d’un baromètre que l’on consulte rapidement sur sa fenêtre, nous nous sommes dit chez Peoplexpert que nous aimerions bien posséder un outil similaire permettant de connaître l’évolution du nombre d’offres d’emplois disponibles sur les grands sites majeurs. Notre ambition n’est pas d’être exhaustif ou ultra-précis mais simplement de mettre au point un indicateur très macroscopique qui, malgré ces évidentes limitations, devrait tout de même permettre de dégager une petite tendance quant au marché de l’emploi.

Pour ce faire, nous avons sélectionné des sites majeurs dans la recherche de l’emploi en utilisant pour cela non pas notre propre expérience mais plutôt des données factuelles recueillies sur un site de mesures de trafic. Le problème qui s’est immédiatement posé est que certains des sites les plus fréquentés, comme Indeed par exemple, sont inévitables dans les recherches d’emploi mais sont aussi des agrégateurs*. Ces sites répertorient des offres provenant aussi bien des job boards (sites où les entreprises et  les cabinets de recrutement déposent leurs offres d’emploi) que des sites des entreprises et autres. Il y a donc forcément des offres en redondance mais l’objectif est d’avoir une vision globale de l’évolution du nombre d’offres sur ces sites.

Bref, au final, nous avons choisi de ne retenir que cinq grands sites et de ne pas rentrer dans les détails des sous-catégories.

Nous avons sélectionné cinq grands sites disposant d’un fort nombre de visites en France, soit :

  • Pôle Emploi avec 38,43 M de visites*,
  • Indeed avec 20,25 M de visites*,
  • APEC avec 2,53 M de visites*,
  • Cadremploi avec 1,98 M de visites*,
  • Regionsjob avec 1,94 M de visites*.

*Nombre de visites totales sur ordinateurs et mobiles en France au cours de ces 6 derniers mois au 04/11/2019 selon SimilarWeb.com

Nous avons ensuite collecté les données de ces sites en début de chaque mois.

Ce qu’il faut retenir pour ce baromètre de fin d’année 2019 est que sur les 3 derniers mois nous constatons la même tendance sur les cinq sites (cf tableau). On note ainsi une augmentation de début novembre à début décembre des offres avec un taux d’évolution moyen de +5,71%. A l’inverse, on observe une baisse significative du nombre d’offres de décembre à  janvier de -12,47% sur l’ensemble des sites.

Est-ce dû à la période des fêtes de fin d’année ? C’est très probable, mais il s’agit peut-être aussi d’un impact dû aux mouvements sociaux, voir même des prémisses d’une possible baisse du marché de l’emploi. Sans véritable recul pour le moment il nous est difficile de trancher. Chacun se fera sa propre opinion.

Voici en tout cas les données.

2020_01_Données Baromètre2020_01_Diagramme Baromètre

Afin de compléter et d’enrichir ce baromètre de l’emploi nous ne manquerons pas de mettre à jour les données à chaque début de mois. Affaire à suivre…

*Sources :
– Werecruit.io (https://www.werecruit.io/agregateurs-offres-demploi-job-boards-differences/)
– Similarweb.com

Passez un entretien et un test de personnalité avec des experts bénévoles (14 au 18 octobre 2019)

slider_rencontres_ACE

Pour la 7ème année consécutive A Compétence Egale organise « les rencontres A Compétence Egale – optimisez votre recherche d’emploi ».
Cette année, du 14 au 18 octobre 2019, dans 7 villes en France, les experts du recrutement d’A Compétence Egale se mobilisent à nouveau pour conseiller bénévolement lors d’entretiens individuels d’environ 45 minutes les candidats à l’emploi : point sur votre CV, votre projet professionnel, vos soft skills… l’occasion de recueillir les conseils sur tous les sujets liés à votre recherche d’emploi dans un contexte bienveillant.
A Compétence Egale et son partenaire PerfomanSe (www.performanse.com) vous offre aussi la possibilité de répondre à un test de personnalité et de motivation en milieu professionnel afin de mieux connaître vos soft skills (compétences comportementales). Le bilan de ce test, si vous décidez d’y répondre, vous sera remis lors de votre entretien conseil et vous permettra ainsi d’échanger à ce sujet avec le recruteur.
Des ateliers collectifs vous seront également proposés dans certaines villes (entrée libre – pas d’inscription) :
– Comment déjouer les pièges de certains recruteurs
– Comment valoriser vos soft skills
– Comment optimiser sa présence sur les réseaux sociaux
– Comment optimiser sa recherche d’emploi
Les horaires vous seront communiqués dès le 1er octobre !
Pour vous inscrire,
remplissez le formulaire d’inscription en cliquant ICI.
Un fois votre inscription prise en compte, A Compétence Egale vous contactera très rapidement pour :
– vous donner le lien qui vous permettra de répondre au test de personnalité
– vous donner un rdv avec un expert.

 

Classement des universités 2019 : le palmarès mondial de Shanghai est tombé

Copie de l’article issu du site « l’internaute.com », version originale consultable ici

Le classement mondial 2019 des universités, qui repose sur le top 500 du classement de Shanghai est tombé. Si Harvard reste en tête, il y a du changement parmi les universités françaises. Votre fac ou celle où étudient vos enfants s’y trouvent-elles ?

Le fameux classement de Shanghai, scruté de près par les universités du monde entier, est tombé. Le cru 2019 est désormais connu. Harvard conserve sans surprise sa première place. La France reste 6e nation mais sa meilleure université change. La Sorbonne perd son trône au profit de Paris-Sud, 37e université mondiale. Globalement, les universités françaises sont tout de même en légère progression.

Ce classement réputé repose sur de nombreux critères : nombre d’anciens élèves devenus prix Nobel, nombre de chercheurs cités comme références ou encore nombre d’articles ayant été publiés dans les revues scientifiques « Science » et « Nature » durant les cinq dernières années. Outre les meilleures universités aux quatre coins du monde, l’Academi Ranking of World Universities (ARWU), nom anglais du classement, met en avant certaines universités françaises. Vous pouvez les retrouver ci-dessous dans notre classement détaillé, comprenant le Top 20 des meilleures universités 2019 ainsi que les universités françaises figurant dans le Top 500 du classement mondial.

Le classement de Shanghai, dit ARWU, n’est pas le seul palmarès existant et permettant de connaître le niveau d’une faculté. Il est également possible de consulter le classement mondial des universités QS. Il place le Massachusetts Institute of Technology sur la première marche du podium. Le classement mondial Times Higher Education distingue quant à lui l’University of Oxford. Dans tous ces palmarès internationaux, les établissements français sont la plupart du temps classés loin derrière les Américains et les Britanniques, qui occupent une large partie du tableau. En France, deux types d’indicateurs sont rendus publics par le ministère de l’Enseignement supérieur : le taux de réussite et le taux d’insertion professionnelle. Même si les chiffres diffusés concernent la session d’il y a deux ans en arrière, ils permettent toutefois d’obtenir une photographie des universités françaises.

Le classement mondial des universités de Shanghai (ARWU)

Le classement académique des universités mondiales (ARWU) est publié par l’Université de Jiao Tong de Shanghai en Chine. Depuis sa création en 2003, c’est toujours l’Université d’Harvard qui a occupé la première place. L’Université de Stanford et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) ne sont en général pas loin derrière. En 2019, Harvard arrive ainsi de nouveau en tête devant Stanford et Cambride au Royaume-Uni.

Les universités sont classées selon six critères : le nombre de prix Nobel et médailles Fields parmi les anciens élèves et parmi les professeurs, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline, le nombre de publications dans les revues scientifiques Nature et Science, le nombre de chercheurs répertoriés dans le Science Citation Index-Expended (SCIE) et le Social Science Citation Index (SSCI) et la performance moyenne des professeurs.

Classement des universités de Shanghai 2019

Chaque année, le verdict du classement des universités de Shanghai est dévoilé au milieu du mois d’août. Le classement des universités de Shanghai 2019 a ainsi été publié le jeudi 15 août. Dans ce dernier classement en date, c’est encore l’université d’Harvard qui a atteint la première marche du podium, suivie par Stanford et Cambridge (étonnamment, le MIT n’occupe que la 4e place). Le premier établissement européen, Cambridge, en Angleterre, se classe donc à la 3e place suivi de celui de Zurich encore présent dans le top 20 mondial. La France place sa première université dans ce palmarès à la 37e place, avec la nouvelle fac « Paris Sud » qui grimpe depuis la 42e place.

Les 10 meilleures universités du monde (en 2019) :

Rang Etablissement
1 Université d’Harvard
2 Université de Stanford
3 Université de Cambridge
4 Massachusetts Institute of Technology
5 Berkeley
6 Université de Princeton
7 Oxford
8 Université Columbia
9 California Institute of Technology
10 Université de Chicago

Le top 10 n’a pas évolué entre 2018 et 2019.

Les universités françaises dans le Top 200 (en 2019) :

Rang Etablissement
37 Université Paris-Sud (Paris 11)
44 Université Sorbonne Université
79 Ecole Normale Supérieure (Paris)
101-150 Aix-Marseille Université
101-150 Université de Grenoble-Alpes
101-150 Université de Strasbourg
101-150 Université Paris Diderot (Paris 7)
151-200 Université de Montpellier
151-200 Université Paris Descartes (Paris 5)

Les universités françaises dans le Top 200 (en 2018) :

Rang Etablissement
36 Université Sorbonne Université
42 Université Paris-Sud (Paris 11)
64 Ecole Normale Supérieure (Paris)
101-150 Aix-Marseille Université
101-150 Université de Strasbourg
101-150 Université Paris Diderot (Paris 7)
151-200 Université Joseph Fourier (Grenoble 1)
151-200 Université Paris Descartes (Paris 5)

Les universités en tête du classement mondial les années précédentes :

Année Etablissement le mieux classé
2018 Université d’Harvard
2017 Université d’Harvard
2016 Université d’Harvard
2015 Université d’Harvard
2014 Université d’Harvard
2013 Université d’Harvard
2012 Université d’Harvard
2011 Université d’Harvard
2010 Université d’Harvard

Le classement mondial des universités QS

Le classement mondial des universités QS (QS World University Rankings) est publié chaque année par Quacquarelli Symonds, une société britannique qui revendique le plus grand réseau mondial d’information et de conseil sur l’éducation supérieure et le parcours professionnel. En 2018, pour la septième année consécutive, c’est le MIT ou Massachusetts Institute of Technology qui remporte la palme.

Ce classement se base sur six critères pondérés : la réputation académique (40%), la réputation auprès des recruteurs (10%), le ratio enseignants-étudiants (20%), le nombre de citations par enseignant-chercheur (20%), le ratio d’enseignants internationaux  (5%) et celui d’étudiants internationaux (5%).

Le top 10 en 2019 :

Rang Etablissement
1 Massachusetts Institute of Technology
2 Stanford University
3 Harvard University
4 California Institute of Technology
5 University of Oxford
6 University of Cambridge
7 ETH Zurich – Swiss Federal Institute of Technology
8 Imperial College London
9 University of Chicago
10 UCL (University College London)

Le rang des universités françaises dans le classement 2019 :

Rang Etablissement
50 Université PSL (Paris Sciences & Lettres), Paris
65 Ecole polytechnique, Paris
= 75 Sorbonne, Paris
137 CentraleSupélec, Paris-Saclay
153 Ecole Normale Supérieure de Lyon

Les universités en tête du classement mondial les années précédentes :

Année Etablissement le mieux classé
2018 Massachusetts Institute of Technology
2017 Massachusetts Institute of Technology
2016 Massachusetts Institute of Technology
2015 Massachusetts Institute of Technology
2014 Massachusetts Institute of Technology
2013 Massachusetts Institute of Technology
2012 Massachusetts Institute of Technology
2011 Université de Cambridge
2010 Université de Cambridge

Le classement mondial des universités Times Higher Education

Le magazine londonien Times Higher Education publie chaque année depuis 2004 un classement mondial des universités. Il le définit comme le seul à prendre en compte les principales missions de l’université que sont l’enseignement, la recherche, le transfert de connaissances et le rayonnement international. Pour cela, 13 indicateurs pondérés sont utilisés, regroupés en cinq catégories : le cadre de travail (30%), le nombre et la portée des recherches (30%), l’influence de ces recherches (30%), la renommée à l’international des professeurs (7,5%), étudiants et chercheurs et les connexions avec les entreprises (2,5%). Comme dans les autres classements, ce sont souvent les universités américaines qui occupent le haut du tableau. La tendance indique toutefois qu’elles commencent à perdre de leur panache au profit des européennes. Ainsi, pour la première fois en 2015-2016, un établissement qui n’est pas anglo-saxon est apparu dans le top 10, l’école polytechnique de Zurich, en Suisse. Voici les universités française qui se sont frayé une place dans le fameux Top 200 du tout dernier classement :

Rang Etablissement
41 Université PSL (Paris Sciences et Lettres)
73 Sorbonne
108 Ecole Polytechnique
= 194 Paris Diderot

Et voici les 10 meilleures universités du monde selon le Times Higher Education en 2019 :

Rang Etablissement
1 University of Oxford
2 University of Cambridge
3 Stanford University
4 Massachusetts Institute of Technology
5 California Institute of Technology
6 Harvard University
7 Princeton University
8 Yale University
9 Imperial College London
10 University of Chicago

Les universités en tête du classement les années précédentes :

Année Etablissement
2017-2018 University of Oxford
2016-2017 University of Oxford
2015-2016 California Institute of Technology
2014-2015 California Institute of Technology
2013-2014 California Institute of Technology
2012-2013 California Institute of Technology
2011-2012 California Institute of Technology
2010-2011 Harvard University

Le classement mondial du Center for World University Rankings (CWUR)

Le classement du Center for World University Rankings (CWUR) est publié depuis 2012 par la King Abdulaziz University de Jeddah, en Arabie Saoudite. Il rassemble les 1 000 meilleures universités du monde selon huit critères, tels que le nombre de distinctions remportés par les étudiants, le nombre d’anciens étudiants ayant des postes de directeur ou l’importance des publications.

En 2018-2019, la tête du dernier classement en date est encore occupée par des universités américaines. L’université d’Harvard est classée première (depuis 2012), suivie de Stanford et du Massachusetts Institute of Technology, comme en 2017. Ce sont ensuite des établissements britanniques qui complètent le top 5 : l’université de Cambridge et celle d’Oxford. La première université française du classement mondial est Sorbonne université à la 29e place, suivie de l’Université Paris-Sud à la 54e.

Les 10 premières universités du classement 2018-2019 :

Rang Etablissement Pays
1 Harvard University Etats-Unis
2 Stanford University Etats-Unis
3 Massachusetts Institute of Technology Etats-Unis
4 University of Cambridge Royaume-Uni
5 University of Oxford Royaume-Uni
6 University of California, Berkeley Etats-Unis
7 Princeton University Etats-Unis
8 Columbia University Etats-Unis
9 California Institute of Technology Etats-Unis
10 University of Chicago Etats-Unis

Le rang du Top 10 des universités françaises dans le classement 2018-2019 :

Rang Etablissement
29 Sorbonne Université
54 Université Paris-Sud
84 Université Paris Diderot
97 Université de Grenoble – Alpes
116 Ecole polytechnique
117 Ecole normale supérieure
135 Université de Strasbourg
138 Université d’Aix-Marseille
141 Université de Montpellier
181 Université Paris Descartes

Les universités en tête du classement mondial les années précédentes :

Année Etablissement le mieux classé
2017 Harvard University
2016 Harvard University
2015 Harvard University

Le classement des universités selon le taux de réussite (ministère de l’Enseignement supérieur)

Dans le dernier rapport du ministère de l’Enseignement supérieur sur les chiffres de réussite des étudiants dans les universités françaises, on apprend notamment que seulement 27% des étudiants entrés en première année de licence en 2008 ont obtenu leur licence trois ans plus tard, et que 12% des étudiants doivent passer par une année supplémentaire pour valider leur diplôme. « L’âge d’obtention du baccalauréat et surtout la série du baccalauréat sont les variables qui influent le plus sur la réussite en licence », précise le ministère. Mais l’université dans laquelle s’inscrit l’étudiant a aussi son importance. Et c’est donc l’université d’Angers qui arrive en tête de notre classement, suivie par l’université de La Rochelle puis celle de Chambéry.

Etablissement Taux de réussite
en trois ans observé (en %)
Taux simulé (en %) Valeur ajoutée
(en points)
UNIVERSITE ANGERS 58,7 45,4 13,3
UNIVERSITE LA ROCHELLE 53,1 41 12,2
UNIVERSITE CHAMBERY 54,6 43,3 11,3
UNIVERSITE CLERMONT FERRAND 1 46,8 35,8 11
UNIVERSITE LYON 2 56,9 46,4 10,5
UNIVERSITE PAU 52,2 42,1 10
UNIVERSITE EVRY VAL D ESSONNE 44,8 34,8 10
UNIVERSITE BRETAGNE SUD 54,9 45,2 9,7
UNIVERSITE PERPIGNAN 47,2 38,1 9,1
CUFR NORD EST MIDI PYRENEES 52,7 44,1 8,5

Ce classement est basé sur la valeur ajoutée de chaque université calculée par le ministère de l’Enseignement supérieure. La valeur ajoutée correspond à l’écart entre le taux de réussite constaté et le taux simulé. Ce dernier présente la réussite attendue de l’université au vu du niveau national et du profil des étudiants (sexe, origine socioprofessionnelle, série du baccalauréat, âge et ancienneté d’obtention, groupe disciplinaire d’inscription en L1). « La valeur ajoutée permet de situer une université par rapport à la moyenne nationale, une fois pris en compte les effets de structure », explique le ministère. Pour ne pas biaiser les résultats, les chiffres choisis sont ceux qui concernent les étudiants ayant réalisé leur trois années d’étude dans la même université.

Si l’on prend en compte uniquement le taux de réussite observé, le classement est légèrement chamboulé. Dans ce cas, l’université d’Angers reste en tête mais c’est l’université Lyon 2 qui occupe la deuxième place sur le podium. Elle est suivie par l’université Grenoble 3 (qui n’affiche pourtant une valeur ajoutée que 3,3 points), l’université Bretagne sud et l’université de Chambéry.

Selon les chiffres publiés par le ministère, 27,2% des étudiants inscrits en L1 en 2008-2009 obtenaient leur licence trois ans plus tard. C’était alors les femmes qui réussissaient le mieux avec un taux de réussite de 30,6% soit 8,9 points de plus que les hommes.  De la même façon, les élèves issus de familles très favorisées avaient plus de chances de décrocher leur licence (32,1%) que ceux issus de familles défavorisées (20,9%).

Sur la période 2008-2012, l’université Clermont Ferrand 1 arrivait en tête avec la plus forte valeur ajoutée soit 18,7. Elle était suivie par l’université d’Angers puis celles de La Rochelle, Lyon 2 et l’université Nord-Est Midi-Pyrénées.

Etablissement Taux de réussite
en trois ans observé 
Taux simulé  Valeurs ajoutée
(en points)
UNIVERSITE CLERMONT FERRAND 1 58,30% 39,60% 18,7
UNIVERSITE ANGERS 61,40% 46,20% 15,2
UNIVERSITE LA ROCHELLE 56,50% 41,80% 14,7
UNIVERSITE LYON 2 58,10% 44,70% 13,4
CUFR NORD-EST MIDI-PYRENEES 56,80% 44,70% 12

Le classement des universités selon le taux d’insertion (ministère de l’Enseignement supérieur)

Entre masters, licences professionnelles et DUT, les universités accueillent plus de 60% des étudiants français. Le ministère de l’Enseignement supérieur a récemment publié des indicateurs sur la situation professionnelle des étudiants diplômés en 2014. Les taux d’insertion étaient alors de 91% en deux ans pour les masters LMD et 97% pour les master enseignement, 30 mois également après l’obtention du diplôme. En licence professionnelle, un taux d’insertion à deux ans (après l’obtention du diplôme) de 93% a été constaté dans la dernière enquête chiffrée fournie par le ministère de l’Enseignement supérieur. Des taux similaires à ceux de l’année précédente. Les chiffres communiqués à l’issue de la précédente enquête annuelle (diplômés de 2012) nous avaient d’ailleurs permis d’établir un classement par filières des universités offrant aux étudiants les meilleures chances de trouver un emploi à l’issue de leur formation. Bien que beaucoup d’établissements affichent alors un taux d’insertion supérieur à 90%, l’Université Lyon 2 se distingue alors dans notre classement, avec ses 100% dans les filières Sciences, Technologie et Santé.

Université Taux d’insertion professionnelle
des masters
Filières Droit, Economie et Gestion
BRETAGNE-SUD 96%
LORRAINE
AMIENS-PICARDIE 95%
RENNES 2-HAUTE-BRETAGNE
SAINT-ETIENNE-JEAN-MONNET
CLERMONT-FERRAND 1
MULHOUSE
ORLEANS
PAU 94%
BESANCON
PERPIGNAN
PARIS 1 SORBONNE
Moyenne nationale 91%
Filières Lettres, Langues et Arts
CERGY-PONTOISE 94%
ROUEN
SAINT-ETIENNE-JEAN-MONNET
PARIS 3 93%
DIJON
PARIS 7 92%
Moyenne nationale 87%
Filière Sciences humaines et sociales
TOULOUSE 3 97%
AMIENS-PICARDIE 96%
CERGY-PONTOISE
PARIS 4 93%
PARIS 7
Moyenne nationale 88%
Filières Sciences, Technologies et Santé
LYON 2 100%
TOULOUSE 1 98%
LE MANS-MAINE 96%
Moyenne nationale 90%

Ces chiffres du ministère portent sur les diplômés 2012 de master. A été prise en compte la situation professionnelle des anciens étudiants 30 mois après l’obtention du diplôme s’ils n’ont pas poursuivi ou repris leurs études dans les deux ans.

Le rang des universités françaises dans les classements mondiaux

Deux classements internationaux sont particulièrement scrutés chaque année : le classement de Shanghai et le classement QS, établi par une société britannique. Le palmarès CWUR, publié par une université d’Arabie Saoudite, permet également de se faire une idée de la place des établissements français dans le monde. Parmi les universités systématiquement classées, on retrouve notamment l’université Pierre et Marie Curie (désormais intégrée à la Sorbonne université) et l’Ecole normale supérieure ou Polytechnique. Voici le rang des établissements français dans ces différents classements, dans la limite des 200 premiers établissements à l’échelle mondiale :

Classement de Shanghai (2018) :

Rang Etablissement
36 Université Sorbonne Université
42 Université Paris-Sud (Paris 11)
64 Ecole Normale Supérieure (Paris)
101-150 Aix-Marseille Université
101-150 Université de Strasbourg
101-150 Université Paris Diderot (Paris 7)
151-200 Université Joseph Fourier (Grenoble 1)
151-200 Université Paris Descartes (Paris 5)

Classement QS (2019) :

Rang Etablissement
50 Université PSL (Paris Sciences & Lettres), Paris
65 Ecole polytechnique, Paris
= 75 Sorbonne, Paris
137 CentraleSupélec, Paris-Saclay
153 Ecole Normale Supérieure de Lyon

Classement Times Higher Education (2019) :

Rang Etablissement
41 Université PSL (Paris Sciences et Lettres)
73 Sorbonne
108 Ecole Polytechnique
= 194 Paris Diderot

Classement CWUR (2018-2019) :

Rang Etablissement
29 Sorbonne Université
54 Université Paris-Sud
84 Université Paris Diderot
97 Université de Grenoble – Alpes
116 Ecole polytechnique
117 Ecole normale supérieure
135 Université de Strasbourg
138 Université d’Aix-Marseille
141 Université de Montpellier
181 Université Paris Descartes

Le « Classement des classements » des écoles de commerce 2018-2019

 rédigé par Olivier Rollot

L’Etudiant puis Le Figaro ont publié leurs palmarès 2018-2019 des écoles de commerce dont le programme Grande école possède la grade de master. Sans surprise les deux top 5 sont constitués des habituels HEC, Essec, ESCP Europe, emlyon et Edhec. Et pour l’un comme pour l’autre Grenoble EM suit (mais perd une place par rapport à son score 2017 pour Le Figaro) et précède Skema, septième dans les deux palmarès (mais sans ex æquo pour Le Figaro alors que Neoma BS et Skema BS gagnent deux places et rejoignent Audencia et l’Iéseg à la 7ème place pour l’Etudiant). Tout juste derrière, Audencia perd une place dans le classement du Figaro et précède Kedge (une place de mieux), ici devant Neoma (une place de mieux également).

Pour l’Etudiant les deux progressions les plus marquantes sont à mettre au crédit de l’EMLV (+4 places et huit points de mieux) et mieux encore de l’ISC Paris : cinq places de gagnées. En revanche la douche est froide pour l’Essca et la Burgundy School of Business qui perdent chacune trois places. Si l’Essca perd seulement un point sur ses concurrentes, ICN BS et Institut Mines Télécom BS, en gagnent en effet chacune cinq et la dépassent. Quant à BSB elle souffre de la remontée de Paris School of Business et de l’EM Normandie. Mais la chute la plus rude est du côté de l’ISG : huit places de moins en un an. La raison : son visa, et donc son grade de master, ne lui a été accordé que pour un an par la Commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG).

Pour Le Figaro progressent Montpellier BS (+4), EMLV (+5), Esdes (+5) et surtout l’Ipag (+8) grâce à la bonne place de ses enseignants-chercheurs dans les revues de recherche. Côté mauvaises nouvelles l’ESC Clermont chute de 11 places pour se retrouver à un bien mauvais rang pour une école accréditée AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business) mais sensiblement au même rang que lui donne l’Etudiant.

Si on se prête au jeu des comparaisons, Le Figaro et l’Etudiant sont relativement en phase dans le top 7 mais l’Etudiant est plus favorable à Neoma et l’Iéseg. Surtout l’Inseec est significativement moins bien considérée par Le Figaro : 11 place de moins que l’Etudiant comme c’était déjà le cas en 2017.

01_Ecole commerce-Palmarès

Retour sur 2017-2018

Après l’Etudiant, Le Figaro, Challenges et Le Point le Classement des Grandes écoles de commerce grade master du « Parisien » a conclu la saison des classements 2017-2018. Pour la cinquième année consécutive, voici un comparatif de ces cinq classements qui confirme notamment la montée en puissance de Skema qui gagne deux places en 1 an : 7ème au général elle est même 6ème pour Challenges et Le Parisien (7ème pour Le Point, 9ème pour l’Etudiant et 8ème pour Le Figaro). Si le top 5 est classique quel que soit le classement (HEC, Essec, ESCP Europe, Edhec, emlyon) « Le Parisien » se singularise en classant 3ème ex-aequo les trois dernières.

Le comparatif ci-dessous résume une année de palmarès sachant que :

  • BSB, l’ESC Pau et l’Institut Mines Télécom Business School (ex Télécom EM) n’ont pas répondu au « Parisien » :
  • EBP international n’a été classée que par « Le Point » ;
  • « Challenges » étant le seul à réaliser deux classements des écoles (postbac et post-prépas) ne sont comptabilisés ici que les points des écoles de son classement post prépas.

02_Ecole commerce-Palmarès