Le 4ème baromètre Peoplexpert des offres d’emploi

Ce n’est une surprise pour personne, face à la situation actuelle le nombre d’offres d’emploi proposées par les principaux sites a connu une importante baisse par rapport à début mars, de près de 20%.

A une exception près, les sites spécialisés montrent une cohérence entre eux. Le mastodonte Pôle Emploi enregistre ainsi une baisse de -19,77% des offres qu’il propose. Son acolyte en terme de quantité d’offres, Indeed, connaît la même chute avec -20,27%. Seul le comportement de Regionsjob est étonnant puisqu’il propose de son côté +8,07% d’offres, passant de 99 737 à 107789, sans que nous ne puissions pour autant expliquer ce paradoxe (peut-être un bug ?).

Au vu du confinement, de l’arrêt et/ou du ralentissement des activités professionnelles et des mises en chômage partiel, la baisse du nombre d’offres d’emploi semblait inévitable. Elle est confirmée. Le recrutement étant un indicateur fort, c’est bien toute l’économie française qui semble directement touchée. A l’heure où nous sommes tous confinés chez nous il est difficile d’imaginer une modification à court terme de cette tendance forte. Il faudra sûrement être très patient pour voir la dynamique s’inverser.

nboffres2nboffres1

Le 3ème baromètre Peoplexpert des offres d’emploi

Après une belle augmentation sur le mois de janvier du nombre d’offres d’emploi proposés sur les cinq gros sites majeurs du recrutement en France, on constate un mois de février plus stable avec une évolution de +0,93%.

En effet, le graphique, ci-dessous, parle de lui-même. Le site de Pôle emploi est le seul site à suivre une augmentation du nombre d’offres qu’il présente. Indeed, l’Apec et Cadremploi restent assez stables dans leurs offres. Après sa hausse de janvier, Regionjob reprend des valeurs similaires à celle de 2019. A noter que même sur Pôle emploi, les nombres de poste de cadres proposés sont stabilisés avec un taux d’évolution de  -1,50% par rapport à début février. La hausse porte donc sur le cumul des offres des postes de type « non renseigné » et « non cadre » avec +15,33% par rapport au mois dernier.

Ces données semblent montrer que le nombre d’offres proposées aux cadres est assez stable sur les quatre derniers mois à l’exception de la fin d’année 2019. Elles laissent aussi supposer que la demande pourrait s’intensifier légèrement pour les profils non cadres mais cela doit être pris avec précaution. Si la hausse est visible sur Pôle emploi elle n’est pas observable sur Indeed.

Mars GraphMars Tab

Le 2ème baromètre Peoplexpert des offres d’emploi

Bonne nouvelle, après l’exception du mois de décembre, probablement due à la période de fin d’année, le nombre d’offres d’emploi en France reprend une dynamique positive.

Pour rappel, nous objectif est de communiquer un indicateur macroscopique mensuel de l’évolution du nombre d’offres d’emploi sur notre territoire d’après cinq « gros » sites majeurs du recrutement qui sont : Pôle Emploi, Indeed, Régionsjob, l’Apec et Cadremploi.

Graphique fevbarre blanche

A noter que les tendances sont toujours dans le même sens quelque soit le site, avec des croissances plus ou moins importantes.  On remarque ainsi que le taux d’évolution entre début janvier et début février 2020 est de +17,67% et que si l’on retire de l’équation Regionsjob qui fait un bon de +52,16%, on atteint tout de même une excellente augmentation de +14,91%. De même, entre début novembre et début février, on observe un accroissement du nombre d’offres d’emploi sur ces sites de +6,47%.

tab fev totaltab fev evol

S’il est vrai que la fin d’année nous avait fait craindre un début de baisse du nombre d’offres d’emploi, ces nouvelles données montrent que la croissance semble continuer.

Le 1er baromètre Peoplexpert des offres d’emploi

A l’image d’un baromètre que l’on consulte rapidement sur sa fenêtre, nous nous sommes dit chez Peoplexpert que nous aimerions bien posséder un outil similaire permettant de connaître l’évolution du nombre d’offres d’emplois disponibles sur les grands sites majeurs. Notre ambition n’est pas d’être exhaustif ou ultra-précis mais simplement de mettre au point un indicateur très macroscopique qui, malgré ces évidentes limitations, devrait tout de même permettre de dégager une petite tendance quant au marché de l’emploi.

Pour ce faire, nous avons sélectionné des sites majeurs dans la recherche de l’emploi en utilisant pour cela non pas notre propre expérience mais plutôt des données factuelles recueillies sur un site de mesures de trafic. Le problème qui s’est immédiatement posé est que certains des sites les plus fréquentés, comme Indeed par exemple, sont inévitables dans les recherches d’emploi mais sont aussi des agrégateurs*. Ces sites répertorient des offres provenant aussi bien des job boards (sites où les entreprises et  les cabinets de recrutement déposent leurs offres d’emploi) que des sites des entreprises et autres. Il y a donc forcément des offres en redondance mais l’objectif est d’avoir une vision globale de l’évolution du nombre d’offres sur ces sites.

Bref, au final, nous avons choisi de ne retenir que cinq grands sites et de ne pas rentrer dans les détails des sous-catégories.

Nous avons sélectionné cinq grands sites disposant d’un fort nombre de visites en France, soit :

  • Pôle Emploi avec 38,43 M de visites*,
  • Indeed avec 20,25 M de visites*,
  • APEC avec 2,53 M de visites*,
  • Cadremploi avec 1,98 M de visites*,
  • Regionsjob avec 1,94 M de visites*.

*Nombre de visites totales sur ordinateurs et mobiles en France au cours de ces 6 derniers mois au 04/11/2019 selon SimilarWeb.com

Nous avons ensuite collecté les données de ces sites en début de chaque mois.

Ce qu’il faut retenir pour ce baromètre de fin d’année 2019 est que sur les 3 derniers mois nous constatons la même tendance sur les cinq sites (cf tableau). On note ainsi une augmentation de début novembre à début décembre des offres avec un taux d’évolution moyen de +5,71%. A l’inverse, on observe une baisse significative du nombre d’offres de décembre à  janvier de -12,47% sur l’ensemble des sites.

Est-ce dû à la période des fêtes de fin d’année ? C’est très probable, mais il s’agit peut-être aussi d’un impact dû aux mouvements sociaux, voir même des prémisses d’une possible baisse du marché de l’emploi. Sans véritable recul pour le moment il nous est difficile de trancher. Chacun se fera sa propre opinion.

Voici en tout cas les données.

2020_01_Données Baromètre2020_01_Diagramme Baromètre

Afin de compléter et d’enrichir ce baromètre de l’emploi nous ne manquerons pas de mettre à jour les données à chaque début de mois. Affaire à suivre…

*Sources :
– Werecruit.io (https://www.werecruit.io/agregateurs-offres-demploi-job-boards-differences/)
– Similarweb.com

Avez-vous déjà fait un test de personnalité ?

image question

Parfois utilisés dans les recrutements, il est avant tout un outil complémentaire. Mais avez-vous déjà essayé de faire un test de personnalité pour vous-même ? Le site Psychomédia propose des tests de personnalité gratuits et sans inscription avec un résultat immédiat. Il en existe différents types avec plus ou moins de questions, j’en ai essayé 3 qui permettent de voir diverses facettes de notre personnalité.

Un test rapide en 40 questions (5 min environ), le test est inspiré des « BIG FIVE » qui, comme son nom le laisse supposer, a pour objectif de faire ressortir les cinq grands traits de la personnalité, c’est-à-dire, le névroticisme ou névrotisme (N+), l’extraversion (E), l’agréabilité dans les relations (A+), l’ouverture à l’expérience (O) et la consciencieusité (C). Il est intéressant mais n’est, à mon avis, pas assez détaillé.  Faites le test !

Le test HEXACO (10 minutes environ) est plus complet avec ses 100 questions, il décompose la personnalité en 6 dimensions constituées elles-mêmes de 4 facettes de la personnalité, plus l’altruisme. C’est dans ce test que je me suis le plus reconnue dans les résultats. Il permet d’avoir un résultat plus précis et intéressant mais après recoupement, ce n’est pas forcément l’avis de mes collègues qui ont parfois préféré le suivant (avec les 220 questions). Faites le test !

Le test de 220 questions (20 minutes environ, pour les plus courageux), est quant à lui totalement différent. Inspiré de l’Inventaire de personnalité pour le DSM-5- Adulte, il évalue 25 traits problématiques de la personnalité, organisés en 5 grands domaines. C’est le psychologue Robert F. Krueger et ses collègues qui le publièrent en 2012 dans le cadre de l’élaboration du DSM-5 (la 5e édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). L’objectif de ce test est de voir les éventuels troubles de la personnalité de chacun.  Il a donc une approche totalement différente des autres. Un conseil, gardez l’esprit ouvert.  Faites le test !

Après avoir fait les 3 tests, je peux dire que chacun est différent et permet de faire ressortir certains traits de notre personnalité, même si on les connait déjà bien.  Que l’on soit d’accord ou non avec les résultats, il en ressort une part de vérité si l’on répond de façon totalement honnête bien évidemment.  Les deux premiers tests ont aussi l’avantage de pouvoir se comparer à la population générale. Alors, si vous avez un peu de temps, n’hésitez pas à faire au moins un des tests, et si je dois vous en conseillez un, c’est le test HEXACO qui pour moi est le plus pertinent.

 

Retravailler après une longue période d’inactivité

woman-leads-team-meeting_925x

Il n’est pas simple de faire le choix d’une “pause professionnelle” pour s’occuper de ses enfants ou pour tout autre raison. Une longue période d’inactivité n’est jamais bien perçue dans un CV, ni par les futurs employeurs. D’autant plus qu’après 45 ans, vous semblez être moins attractives pour les entreprises.
Selon l’INSEE, les « femmes au foyer » sont moins nombreuses qu’avant mais sont malgré tout 2,1 millions en 2011 (contre 3,5 millions en 1991).

Alors comment retrouver du travail après une longue période d’inactivité ?
Une association Force Femmes, aide les femmes de plus de 45 ans, inscrites à Pôle Emploi depuis moins de deux ans, à retrouver un emploi. En 2017, les femmes que l’association accompagne ont, en moyenne, 53 ans et sont titulaires, pour 79% d’entre elles, d’au minimum un Bac + 2.
Dans un article de Julie Falcoz, (Madame Figaro du 11 mars 2017), Elise Moison, déléguée générale de l’association donne des conseils pour retrouver du travail :
rester positives, bien identifier ses compétences (même celles développées lors de cette période d’inactivité), utiliser son réseau et les réseaux sociaux pour se faire connaître, bien cerner le secteur et le marché que vous souhaitez intégrer mais aussi ne pas mettre dans son CV des informations sensibles comme son âge. En effet, «80 % des préjugés à l’embauche sont liés aux informations données en en-tête et en bas de page.» (selon Elise Moison).

La reprise après une longue période d’inactivité est d’autant plus sensible que selon les statistiques de Pôle-Emploi, au premier trimestre 2018, parmi ceux qui ont trouvé un emploi, les personnes de plus de 50 ans sont restés 3,9 fois plus longtemps au chômage que les moins de 25 ans. Il est donc important de rester positif et d’être un acteur très actif dans sa recherche. Ne pas oublier que chaque personne a un talent à exploiter et que même une période d’inactivité peut apporter des expériences pour sa vie professionnelle.